Texte de Christiane

Lu à la présentation Jimmy Doucet

au Gala de l’Ordre du Bleuet, le 11 juin 2016


La forêt boréale se réjouit à l’idée que Jimmy Doucet vive à l’ère du numérique. Ce bouillant personnage aux mille et un projets de créations, auteur prolifique qui dissémine de par le monde ses nombreux écrits de théâtres destinés aux jeunes, use plus de claviers que de papier. Il a écrit et produit plus de 500 spectacles. Auteur de pièces pour la jeunesse, il vend quelque 200 textes chaque année via son site Internet pour des écoles et ateliers de théâtre en Afrique, en Belgique, en Chine, aux États-Unis, en France et dans l’Ouest canadien. Son père, Clément Doucet, et sa mère Nicole Lapointe, entrepreneurs tous deux à la retraite, s’inquiétaient de savoir leur fils préférer les planches de la scène à celle de la construction, ne se doutant pas de lui avoir légué dans la démesure un sens inné de l’entreprenariat.


Né à Dolbeau-Mistassini le 31 août 1974, le jeune Jimmy rêve de théâtre. Séduit par les spectacles de danse et d’humour de Thérèse Plante, enseignante à Dolbeau, il est conquis par le rythme de la Ligue nationale d’improvisation qu’il écoute à Radio-Québec et qui influence sa stratégie en création. L’élève du secondaire se risque à des spectacles d’humour, puisant dans son argent de poche et les dons de vendeuses de la gent féminine pour financer ses productions étudiantes. Gaétan Bédard, travailleur social à la Polyvalente qui organise les spectacles Interdit de rire, et les facéties de Claude Meunier s’inscrivent parmi ses sources d’inspiration.


Il n’a pas choisi le théâtre, confie-t-il à différentes reprises. C’est le théâtre qui s’impose à lui tout simplement accaparant son être, s’imposant à sa vie. Heureusement, il a pu compter sur l’appui de ses parents. Bien heureux que sa compagne depuis 16 ans, Véronique Devin et mère de son Élisabeth de 2 ans et demi, « les deux merveilles du monde », lui offre son appui indéfectible dans toutes ses entreprises. Tout lui est possible, affirme-t-il, parce qu’il a des complices grâce auxquels il a pu réaliser ses projets. Outre Véronique, il nomme Pierre Turcotte, Stéphanie Girard-Caron, Melissa Parent et la scénographe Mylène Lebœuf-Gagné conceptrice des décors de La Route des mille et une histoires, de la Maison coupée en deux et des chars allégoriques de la Parade des jouets de Québec ainsi que d’une caravane touristique qui servira de scène à son équipe en 2017.


Après une formation en théâtre, création littéraire et communication à l’Université Laval, Jimmy Doucet revient dans sa ville natale, persévérant à produire pendant plusieurs années un théâtre d’été qui a connu de belles heures et un déclin. Plutôt que de baisser le rideau, il lance un appel à la population locale. Avec l’aide de sa communauté, il conçoit de créer une route du théâtre où les productions estivales se multiplieront sur le territoire de la MRC Maria-Chapdelaine. La première année, La route des mille et une histoires a du succès et, à sa cinquième année, attire plus de 11 000 spectateurs. Une performance qui ne laisse pas indifférent des observateurs de l'extérieur, incitant Jimmy à accepter des offres de productions à Québec. En 2013, le Conseil d’administration de La Route des mille et une histoires décide de mettre en branle un nouveau spectacle Le secret des Pères co-écrit par Stéphane Baillargeon et Mathieu Savard, mis en scène par le comédien Stéphane Côté lequel sera présenté en 2013 et 2014.


2013, c’est aussi l’année faste de sa propre compagnie, Jimmy Doucet Productions, fondée en juin 1999. « Directeur artistique de la Route des mille et une histoires à Dolbeau-Mistassini au Saguenay–Lac-Saint-Jean pour les six premières années d’existence de ce projet, directeur du théâtre d’été du centre touristique Vauvert pendant onze ans et producteur du théâtre d’été de la Pulperie de Chicoutimi pendant sept ans » lit-on sur son site Web, le Dolmissois résidant à Québec est le plus présent des absents. Offrant un éventail de services allant des ateliers de formation, de spectacles, de l’animation personnalisée à l’organisation d’évènements, on ne peut pas dire qu’il soit parti de sa région alors qu’il y multiplie sa présence. Outre le théâtre d’été à la Pulperie de Chicoutimi pendant plusieurs années, il conçoit, pour la seule année 2014, six spectacles dans la région, vus par plus de 6 000 spectateurs : Les aventuriers du passé à La Doré, Le loup-garou du village à Saint-Eugène, Bienvenue à Cayo Banano à La Pulperie, laquelle revient l’année suivante à Dolbeau-Mistassini et La maison coupée en deux à Saint-Fulgence dont le succès sera également répété l’année suivante. La saison 2015 s’inscrit dans le concept de la Route des Légendes que Jimmy veut réinscrire au programme touristique et théâtre de sa région natale. Aux six spectacles à l’affiche au Saguenay et au Lac-Saint-Jean, il ajoute Rencontres historiques à la Maison O'Neill à Québec.


Membre de l’équipe étoile entrepreneuriale et président d’honneur du concours québécois en entrepreneuriat du Saguenay–Lac-Saint-Jean, M. Doucet fut nommé, en 2010, personnalité du mois d'août par Le Quotidien et Radio-Canada.


Marathonien de la multifonction, cet homme ardent « donne des cours en soirée, fait de la gestion le jour pour écrire entre 22 h et 2 h » relate Louis Potvin dans Le Quotidien en février 2009. Il croit à l’importance de miser sur le talent des artistes locaux, de stimuler la relève et de s’intéresser à nos histoires. Autrefois journaliste au Quotidien, Marie-Claude Parent résume ses propos : « Ces recherches ont renforcé mon sentiment de fierté. Quand je me promène, je scrute les lieux différemment. Je m'imagine ce que devait être la vie de François Gaudreault ou des travailleurs de l'usine à l'époque de la fondation de Dolbeau. J'apprécie me promener dans le parc de la Pointe-des-Pères et voir les vestiges de mon histoire. J'admire les fondateurs de ma ville. Réveiller la mémoire collective, poursuit-il. Je voulais que mes pièces servent à quelque chose. Qu'elles soient porteuses de messages. »



Le 11 juin 2016

Jimmy Doucet


Auteur, metteur en scène, comédien, producteur

Pour son ardeur à mettre le théâtre au service de notre histoire


fut reçu membre de l’Ordre du Bleuet


dimanche 24 juillet 2016

        

POURQUOI L'ORDRE DU BLEUET

L'intensité et la qualité de la vie culturelle et artistique au Saguenay-Lac-Saint-Jean est reconnue bien au-delà de nos frontières. Nos artistes, par leur talent, sont devenus les ambassadeurs d'une terre féconde où cohabitent avec succès toutes les disciplines artistiques. Cet extraordinaire héritage nous le devons à de nombreuses personnes qui ont contribué à l'éclosion, à la formation et au rayonnement de nos artistes et créateurs. La Société de l'Ordre du Bleuet a été fondée pour leurs rendre hommage.La grandeur d'une société se mesure par la diversité et la qualité de ses institutions culturelles. Mais et surtout par sa volonté à reconnaître l'excellence du parcours de ceux et celles qui en sont issus.